FINANCE ISLAMIQUE
FINANCE ISLAMIQUE

FINANCE ISLAMIQUE FINANCEMENT MUSULMAN
PRODUITS DE LA FINANCE ISLAMIQUE SANS INTÉRÊT
PRÊT ISLAMIQUE
MOURABAHA MOUDARABA TAKAFUL

FINANCE ISLAMIQUE PRINCIPE DE LA CHARIA ISLAMIQUE
PRODUIT FINANCE HALAL SANS RIBA SANS INTÉRÊT USURAIRE
MOUCHARAKA MOURABAHA IJARA TAKAFOUL
FINANCE ISLAMIQUE PARTICULIER ENTREPRISE IMMOBILIER FORMATION
BANQUE ISLAMIQUE
FRANCE BELGIQUE SUISSE CANADA ALGÉRIE MAROC TUNISIE

Finance Islamique est le premier site dédié à la Finance Islamique. Grâce à Financeislamique.com vous vous allez comprendre l'impact économique global des instruments financiers conformes à la Charia islamique.

La finance islamique gagne d'autant plus d'importance dans le monde de la finance et dans le monde musulman en raison de l'arrivée sur les marchés financiers de produits financiers éthiques et de plus en plus conformes à la morale.

DÉFINITION DE LA FINANCE ISLAMIQUE

La finance islamique consiste en l'adaptation des principes fondamentaux de l'Islam dans le secteur de la finance en appliquant des règles strictes de finance éthique, avec l'objectif d'adopter une finance basée sur des valeurs morales (Halal) qui excluent entre autres l'utilisation des taux d'intérêts usuriers, de la spéculation, de l'investissement dans des secteurs bannis (Haram) par l'Islam tout en promouvant l'inclusion sociale et la protection familiale qu'il s'agisse des services bancaires ou d'assurance.

LA FINANCE ISLAMIQUE ET SES ORIGINES: BREF HISTORIQUE

La finance islamique est simplement le prolongement de la loi islamique dans les secteurs financiers qui appliquent les principes éthiques et moraux de la Charia islamique dans la finance incluant le secteur bancaire et celui de l'assurance, pour permettre au Musulman d'utliser des instruments financiers compatibles avec les principes de l'Islam.

Les premiers pas de l'histoire moderne de la finance islamique commenceraient au 19e siècle dans des pays à prédominance islamique, alors sous domination coloniale. Au cours de cette période, en particulier au cours des premières décennies, les peuples musulmans ont peu à peu perdu contact avec leurs pratiques et leur patrimoine traditionnels. Les puissances coloniales ont proposé de nouveaux systèmes et de nouveaux symboles du succès moderne les détournant de la finance éthique vers une finance usurière et spéculative.

Après la fin de la période coloniale, les musulmans ont commencé à redécouvrir leurs identités et ont manifesté le désir de retrouver les valeurs perdues dans tous les aspects de la vie, en particulier en ce qui concerne le système économique et financement.

La finance islamique est aussi le résultat des premières oppositions au système financier conventionnel notamment en Égypte. Une opposition similaire a surgi en Inde au tournant du siècle, lorsqu'une minorité de musulmans a établi des prêts sans intérêt conformes à la charia.

La finance halal a vu sa véritable explosion surgir au cours du 20ème siècle au Moyen-Orient dans son ensemble, mais surtout auprès de pays riches en pétrole. L’augmentation des flux de capitaux résultant de la demande croissante d’exportations de pétrole a créé la nécessité d’un système financier et bancaire conforme à la religion musulmane.

La finance islamique a été aussi déployé dans des pays islamiques situés hors du Moyen-Orient, tels que la Malaisie et l’Indonésie où on a mis en place un système financier sans intérêt pour aider les musulmans à accomplir leur pèlerinage.

Les investissements islamiques ont vu alors le jour dans les années 1970 grâce aux revenus pétroliers élevés qui ont créé une incitation à la création de produits d'investissement et financiers conformes à la charia.

Les investissements islamiques ont vu alors le jour dans les années 1970 grâce aux revenus pétroliers élevés qui ont créé une incitation à la création de produits d'investissement et financiers conformes à la charia.

Dans les années 90, des pays tels que Bahreïn et la Malaisie ont commencé à promouvoir le système bancaire islamique parallèlement au système traditionnel. Des produits tels que l'assurance islamique (Takaful) et les fonds d'actions ont été mis au point et les indices Dow Jones et FTSE ont tous deux créé des indices répertoriant spécifiquement les titres conformes à la finance islamique.

Un organisme de réglementation, le Conseil des services financiers islamiques, est mis en place. Le système financier islamique a culminé au tournant du 21ème siècle et englobe des produits tels que: les activités bancaires, les hypothèques, les fonds d'actions, les titres à revenu fixe, les assurances, le financement de projets, les investissements.

La finance islamique est de nos jours présente dans la plupart des pays où une population musulmane est importante et sa force aujourd’hui réside aussi bien en l’aspect religieux mais aussi dans le cadre d’une finance éthique universelle.

FINANCE ISLAMIQUE CONTRE FINANCE CONVENTIONNELLE: SOLUTION AUX PROBLÈMES DE LA CRISE FINANCIÈRE FUTURE?

La finance islamique la légitimité de certaines caractéristiques actuellement présentes dans le système occidental, telles que le système bancaire spéculatif, les marchés du crédit et les problèmes associés accompagné par un fardeau excessif de la dette. Les critiques pourraient peut-être faire allusion à la crise financière de 2008, où les gouvernements ont dû renflouer les banques occidentales après que des milliers de ses clients aient supprimé leurs dépôts, de peur de l'effondrement imminent du marché hypothécaire mondial.

La finance islamique et sa vision du monde religieuse sous-jacente peuvent rassurer un investisseur sur le fait que ses actifs sont entretenus de manière responsable, De nombreux banquiers’ conventionnels’ ont commencé à trouver l’idée intéressante. Cela incite fortement tout investisseur d’argent à se rassurer qu’un investissement halal est quelque chose de sensé.

La finance islamique au contraire de la finance spéculative et usurière fait partie d’un système qui est gouverné naturellement par la conscience et l'obéissance à un appel supérieur.

La finance islamique autre que d'être conforme aux principes de la charia islamique, de part son éthique offre une grande transparence financière en raison de la traçabilité des flux financiers et d'une solide structure de transaction islamique. Une transation financière islamique se faire toujours sur la base d'un bien existant et non sur une quelconque spéculation qui engendrerait des risques comme le font les produits dérivés conventionnels.

La loi islamique assimile le taux d'intérêt à l'usure. L''Islam interdit le Ribâ, mot arabe signifiant à la fois usure et intérêt. L'interdiction des taux d intérêts (Ribâ)dans la loi islamique est né en Arabie au Moyen Âge ; elle deviendra la base de la finance islamique qui connaîtra un développement remarquable durant le siècle dernier.

La loi islamique appliquée dans le secteur de la finance repose sur fondements spécifiques précis. Quatre critères principaux dirige la finance islamique:

  • principe de l'absence de Riba ou intérêt et usure

  • principe de l'absence de Gharar et de Maysir ou incertitude et spéculation

  • principe de l'absence de Haram ou produits illicites selon la loi coranique

  • principe solidaire de l'obligation de partages des profits et des pertes

Il existe en finance islamique tous les produits financiers existants dans la finance conventionnelle:

  • crédit ou prêt islamique, incluant la carte de crédit ou de paiement islamique,

  • compte courant et dépôt bancaire islamique,

  • épargne islamique,

  • placement islamique,

  • assurance islamique,

  • le financement des entreprises par des obligations islamiques, appelées Sukuk.

Le financement participatif islamique ou crowdfunding islamique commence à s'établir comme moyen de financement par le public (crowd) et cela sur la base de la charia.Ce financement nouveau qui tend à se séparer des banques, est suivi recemment par un instrument révolutionnaire pour les transactions bancaires qui est appelé blockchain (chaine de block) système infaillible codé et qui permet une meilleure traçabilité dans le cadre de la charia islamique.

Au point de vue opérations commerciales, les plus courantes sont :

  • La Mourabaha ou vente avec bénéfices : l'emprunteur ou la banque achète la marchandise ou le produit au fournisseur à la suite de l'ordre d'un client pour les revendre au même client avec une marge de bénéfice fixée à l'avance. Le délai de remboursement dépend des revenus et varie entre 6 et 24 mois.

  • L'Ijara ou commission est similaire au crédit bail ou leasing. La banque achète la marchandise (ou bien équipements, immobilier, véhicule). Elle les loue ensuite au client. Le client devient propriétaire de ces biens quand il a fini de rembourser la somme qui sera échelonnée dans le temps et versée sur un compte épargne. Le client paye donc une location. Le Taajir, location ou leasing signifie que la banque achète les équipements matériaux et les met à la disposition d'un entrepreneur contre une rémunération fixée à l'avance. Le client devient propriétaire de la marchandise ou véhicule au terme du remboursement.

  • Dans le Bai Mouajjal ou vente reportée signifie que la banque achète des équipements/matériaux pour les revendre à terme au co-contractant sur la base d'un contrat à moyen terme (deux à 5 ans). Dans les opérations d'export-import, la banque achète des marchandises à un importateur pour les revendre à un exportateur. Les opérations d'investissement concernent les crédits à moyen et long terme.

  • La Moucharaka est une participation d'une banque au capital d'un projet, chaque partie recevant les bénéfices proportionnellement à son apport.

  • La Moudaraba est un financement de fiducie, il est une contribution au au fonds de roulement. La banque participer à un projet par une injection de capital. Le promoteur du projet fournit son travail et peut faire un apport en capital. Le partage des bénéfices est convenu entre les parties, et les pertes sont supportées par le fournisseur des fonds, sauf s'il y a faute, négligence ou violation des conditions acceptées par la banque.

  • Le Takaful ou assurance Halal signifie garantie conjointe. C'est une assurance basée sur la coopération mutuelle, la responsabilité, l'assurance, la protection et l'assistance entre des participants.

  • Le Sukuk qui correspond au placement islamique dans des obligations. PAr contre en comparaison aux obligations classiques, le Sukuk donne à l'acheteur l'accès à une part de l'actif et ainsi des profits qu'il recevra au lieu des intérêts.

Financeislamique.com a sélectionné pour vous une liste de banques offrant les services de finances islamiques, ainsi que des informations générales sur ce produit financier particulier avec les universités où cette matière peut-être étudiée.

FINANCE ISLAMIQUE: PRODUITS ET PRÉSENCE PAR PAYS

PRODUITS DE LA FINANCE ISLAMIQUE

INSTITUTIONS DE LA FINANCE ISLAMIQUE

FINANCE ISLAMIQUE: SITUATION ET ACTIVITÉS PAR PAYS