CHINE FINANCE ISLAMIQUE

CHINE BANQUE ISLAMIQUE

CHINE FINANCE ISLAMIQUE

En Chine, la finance islamique peut constituer d’une importnante plate-forme de finances conformes à Charia islamique non pas seulement pour satisfaire les besoins des musulmans et aux non-musulmans chinois qui vivent en Chine mais au-delà des frontières de la Chine.

En Chine, ainsi la finance islamique est entre-temps appliquée pour les musulmans chinois qui aspirent à utiliser des produits financiers halal, mais surtout pour se positionner dans le monde pour promouvoir ses activités commerciales par le biais de la finance halal, ce qui facilite son accès aux pays musulmans.

La Chine, via Hong Kong et Singapour, cherche à se positionner comme un centre financier de choix pour la finance islamique et à tirer parti de la croissance des liens commerciaux entre la Chine, le Moyen-Orient et le continent africain. Les États d’Asie et d’Afrique souhaitent attirer des investisseurs musulmans extérieurs qui avaient tendance à investir en Europe ou aux États-Unis.

Les investisseurs du Golfe et les banques islamiques ont beaucoup d’argent et veulent investir dans des Soukouk qui pourraient aussi être émis par des fonds chinois.

Avec 23 millions de musulmans en Chine et une position dominante de l'Afrique dans la diplomatie et le commerce extérieur, Pékin dispose d’atouts majeurs pour devenir un acteur de choix en finance islamique.

Actuellement, il y a très peu de finance islamique en Chine malgré une population musulmane estimée à plus de la vingtaine de millions de personnes.

Les Chinois cherchent des moyens d’exporter la finance islamique au-delà de leurs frontières et dans les pays voisins peuplés de nombreuses populations musulmanes.